L'absence de vision en aménagement urbain, l'influence de Fox News et la dictature invisible

Il y a de l'espoir, mais pas tant que ça

Bonjour à tous et bienvenue dans mon internet.

Vous êtes maintenant presque un millier d’abonnés à cette infolettre et autant qui la lisent sans s’être inscrits. C’est correct aussi. Il n’y aura aucun engagement de votre part et aucun représentant n’ira chez vous.

Petite plogue de la semaine: l’équipe du balado Cadre bâti a publié l’épisode que j’ai enregistré en leur compagnie sous le titre très shakespearien « Être ou ne pas être urbaniste ». Un moment très agréable où j’ai fait des révélations choc sur mon passé et des annonces quant à mon avenir. Genre.

J’en profite pour vous parler un peu d’urbanisme, ma première passion après l’informatique, les Lego et les framboises.

L’urbanisme manipulé

On a discuté dans ce balado de ma vision du monde en matière d’aménagement urbain et de la place que l’on fait aux enjeux urbanistiques dans les médias. J’ai toujours trouvé que les politiques d’aménagement étaient ce qui touchait les citoyens le plus concrètement dans leur quotidien. C’est ce qui fait que l’on devrait leur accorder plus d’importance, mais c’est aussi ce qui fait qu’il est difficile d’avoir une vision globale. Des petites choses, qui ont des impacts à long terme parce que les aménagements d’aujourd’hui influenceront le monde de demain. Nous faisons souvent abstraction de cette réalité quand nous analysons les projets.

Le 3e lien en est un bon exemple. Nous sommes prêts à dépenser une fortune pour un tunnel qui changera durablement la configuration de la région de Québec. On se dit que c’est nécessaire pour l’instant en faisant fi des conséquences à long terme. Le fameux trafic induit par exemple:

« Le phénomène de trafic induit dans le transport routier est à l’origine d’une boutade populaire aux États-Unis : « You can’t build your way out of traffic congestion. », (« Il n’est pas possible de s’extraire de la congestion routière en augmentant la capacité. ») Todd Litman souligne ainsi que, si les ingénieurs comparent souvent le trafic à un liquide, il serait plus approprié d’utiliser la métaphore du « gaz » pour expliquer le phénomène du trafic induit. En effet, la propriété du gaz est de s’étendre jusqu’à remplir le volume de son contenant (« […] it is more appropriate to compare urban traffic to a gas that expands to fill available space »). »

Je m’étais un peu obstiné avec un animateur de radio à une époque parce que Los Angeles était le paradis grâce à ses autoroutes à 22 voies. Or, Los Angeles est la ville la plus congestionnée en Amérique du Nord (en fait ça dépend de quel palmarès vous regardez, mais j’en ai choisi un à mon avantage). Ça pourrait sembler logique de vouloir ajouter des voies pour réduire le trafic, mais ce n’est pas toujours ce qui arrive. En plus, dans le cas du 3e lien, il y a aussi toute la question de l’étalement urbain. Des enjeux complexes dont les tenants et aboutissants, mériteraient d’être expliqués correctement. Il est trop facile pour les partisans de ce genre de projet d’être malhonnêtes.

À l’inverse, on a rejeté l’idée de construire un TGV entre Québec et Toronto parce qu’il en coûterait trop cher. Je suis content que le projet existe, mais déçu du manque d’ambition. Robert Dutrisac explique bien pourquoi dans Le Devoir:

« Or il faut comparer la performance promise avec celle des modes concurrents de transport. Pour le trajet Québec-Montréal, le train rivalise avec la voiture individuelle : en TGF, il faudra mettre à peu près le même temps. Pour les trajets Québec-Toronto ou Montréal-Toronto, c’est l’avion qui supplante le TGF : même en tenant compte du temps perdu dans les aéroports, l’avion est près de deux fois plus rapide. Pour les fins de comparaison, le train à grande vitesse (TGV), une technologie éprouvée depuis 40 ans — la première ligne commerciale fut inaugurée en France en 1981 —, franchirait la distance entre Québec et Montréal en une heure dix minutes. Et Montréal-Toronto en deux heures trente, centre-ville à centre-ville, ce qui place ce moyen de transport devant l’avion. »

Prendre le taxi ou le métro pour aller jusqu’à la station de train, pour ensuite faire un voyage à Québec qui nous fera économiser 30 minutes, ça ne fera pas de ce mode de transport une option compétitive.

Le Canada est le seul pays du G7 à ne pas avoir de TGV. Ce mode nous aurait au moins permis de faire un peu de rattrapage. Évidemment, il ne faut pas se leurrer. Dans tous les cas, il s’agit là d’opportunisme politique. Le genre de promesse qui apparaît à l’orée d’une campagne électorale.

Jouer à la victime

On a fait grand cas cette semaine de l’exclusion d’Éric Duhaime de quelques bars de Saguenay. Ce qui m’intéresse le plus dans ce genre d’événement, ce sont les contradictions des protagonistes. Dans ce cas-ci, tous les amis du chef du PCQ sont derrière lui et trouvent bien regrettable que leur homme ait été banni pour des raisons politiques. Bizarrement, nos fiers à bras de l’opinion publique sont souvent les premiers à jouer à la victime. Je ne reviendrai pas sur le fond de la chose, mais je trouve un peu comique que ces mêmes personnes, il y a à peine quelques mois, invitaient les restaurateurs à ne pas servir les députés de la CAQ dans leurs établissements.

Les médias français ont aussi leurs matamores. Eric Zemmour par exemple. On dit qu’il veut se présenter à la présidence (d’ailleurs, je n’ai pas trop compris l’objectif de Richard Martineau avec cette chronique qui ne fait que présenter les positions extrêmes de Zemmour sans trop se prononcer). Zemmour est un habitué de CNews, qui est de plus en plus considérée comme la Fox News française.

« CNews, comme Fox News, propose la vision anxiogène d'un pays constamment menacé par l'immigration, l'islam, ou la «cancel culture». Appliquant à la lettre les leçons du «gramscisme de droite» de Karl Rove, le «cerveau» de George W. Bush et l'artisan de ses victoires électorales, les dirigeants de ces chaînes mènent une contre-offensive face à l'hégémonie culturelle des idées de gauche dans la sphère médiatique, en privilégiant les thèmes les plus à même de diviser le camp adverse. La campagne d'affichage de CNews sur le thème de la liberté d'expression fait écho à la conviction affichée de Roger Ailes de mener un «combat pour la liberté» face au politiquement correct. Et le slogan «Venez avec vos convictions. Vous vous ferez une opinion» est proche du «Nous rapportons. Vous décidez» de Fox News à ses débuts. Fox News et CNews brandissent ainsi l'étendard de la liberté d'expression contre les tenants de «l'orthodoxie progressiste», quitte parfois à inciter à la haine ou à diffuser des théories du complot. »

Dernièrement, Éric Zemmour y a déclaré «que le fascisme italien et le nazisme, incarnations traditionnelles de l'extrême droite, seraient en réalité des mouvements issus de la gauche.» Bizarrement, c’est un peu aussi ce qu’a dit Pierre Poilièvre du Parti Conservateur du Canada sur Twitter, juste un peu plus tard. Le pauvre doit vouloir courtiser l’électorat de Maxime Bernier.

Je n’ai jamais regardé CNews, je ne peux pas me faire une idée à son sujet. Mais si, à l’instar de Radio X, elle essaie de calquer Fox News, il n’y a pas de quoi se réjouir. Récemment, un ancien dirigeant de l’entreprise de Rupert Murdoch s’est confié au Daily Beast:

« Au cours des neuf derniers mois, j'ai essayé, avec de plus en plus de franchise, de faire comprendre à Rupert les dommages réels que Fox News cause à l'Amérique. J'ai échoué et c'était arrogant et naïf de n’avoir jamais pensé que je pouvais réussir. Je ne comprends pas pourquoi il ne changera pas de cap. Je ne peux que supposer que la politique éditoriale destructrice de Fox News est motivée par une tradition profondément influencée par les idées anti-établissement de Rupert qui, à 90 ans, ne va pas changer. »

À une échelle différente, Denis Gravel a lui quitté Radio X récemment. On lit entre les lignes, mais on l’a déjà aussi entendu dire à voix haute qu’il n’était pas tout à fait en accord avec la tangente prise par ses collègues depuis le début de la pandémie. Il se réclame de la nuance. Disons que cela contraste avec ses affirmations passée. Il aura travaillé 24 ans à Radio X, et ça lui en aura pris 23 avant de voir un avantage à la nuance.

En terminant, un petit truc qui m’a fait sourire cette semaine. Ce tweet cryptique de Stéphane E. Roy:

Une autre victime. J’avais un peu oublié son existence parce qu’il m’a bloqué sur Twitter. Oui, un autre. J’ai songé à faire une section « Le gars qui m’a bloqué de la semaine » dans cette infolettre, mais malheureusement, je pense qu’on a déjà fait le tour de mes trois censeurs. N’empêche, en avril 2020, j’avais dit à la radio qu’il avait retweeté la publication d’une adepte de QAnon qui retweetait Alexis Cossette-Trudel (ça fait beaucoup de retweets, je sais). Sûrement une erreur de bonne foi, mais il m’avait écrit en privé pour me dire que j’étais un pas fin et qu’il n’avait jamais fait ça parce qu’il n’était pas complotiste. J’étais retourné voir son fil. Le retweet était encore là.

J’ai quand même hâte de savoir ce qu’il aura à dire quand la « dictature invisible des idées » sera terminée. C’est quand même spécial comme concept, une dictature invisible. Si la dictature est invisible, existe-t-elle vraiment? Réponse la semaine prochaine. Ou pas.

S’il vous reste du temps…